Aviation Illustrée
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-45%
Le deal à ne pas rater :
PARISOT ZOLA Lit combiné 90×200 cm
174.99 € 316.58 €
Voir le deal
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

 

 ANALYSE d'une PROGRESSION

Aller en bas 
+8
Mk2b
Limadefois
dilou27
patrick15
Vincent
Slider
jean-jacques petit
12 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyMer 25 Aoû - 11:00

Patrick,

Avec la dizaine "d'oubliés" dans mon recensement (à ce jour), je totalise 840 tableaux sur 6090 dessins au total: tableaux, profils, plans techniques etc. Une vie bien remplie, comme qui dirait. Sans compter une quinzaine de livres, plus les articles etc.

Une passion, ça pousse aux fesses! I don't want that

Au niveau du sujet "analyse d'une progression", j'arrive au terme de l'esprit du sujet, à savoir l'évolution du travail. Au fur et à mesure des scans de mes tableaux, je me suis rendu compte que certains n'avaient laissés aucune trace dans ma mémoire quand d'autres étaient restés vifs.
C'est pour cette raison que j'ai eu l'idée d'un sujet "Mes dessins préférés", car il peut amener une réflexion dans le genre... "les goûts et les couleurs", chacun de nous ayant ses propres critères. Il peut aussi rassurer quelques membres du forum quant à l'acceptation du regard des autres et comprendre que l'ego n'a que peu de chose à voir dans cette affaire.

Et je pense que ce sujet est complémentaire "d'analyse d'une progression", les sujets n'ayant, en apparence, rien à voir l'un avec l'autre!

On verra bien! lol!

JJ
Revenir en haut Aller en bas
Limadefois
Peintre
Limadefois


Nombre de messages : 713
Age : 67
Localisation : Saint Raphaël
Date d'inscription : 04/03/2012

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyVen 27 Aoû - 11:43

Bonjour,

" CHAPEAU BAS " pour vos productions si variées....... Votre nouvelle idée de sujet va encore faire mouche !!
Merci pour votre partage.
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptySam 28 Aoû - 1:58

Limadefois,

Le partage est mon moteur et je poursuis l'attitude de peintres comme Paul Lengelé, rencontré en 1974-1975 qui m'avait donné quelques conseils... qui m'ont bien vexés. Je croyais en effet être le meilleur du monde et mon ego en a pris un bon coup!
Après avoir mis ma vexation dans la poche et le mouchoir par-dessus, j'ai mis ses conseils en application et mon travail s'est amélioré.

Un an plus tard, j'ai rencontré Francis Bergèse qui est devenu un ami. Lui aussi m'a donné quelques conseils que j'applique particulièrement aujourd'hui.

Depuis plusieurs dizaines d'années, j'essaie de transmettre ce que j'ai appris en espérant être utile. Mais je rencontre beaucoup d'incompréhension car certains confondent mon attitude avec un complexe de supériorité!

Bref, je fais ce que j'estime être mon boulot, la transmission. Ceux qui apprécient me permettent de penser que je me rends utile. Les autres font ce qu'ils veulent.

Vive les artistes qui tirent vers le haut! Occasion
JJ
Revenir en haut Aller en bas
pulpul
Gribouilleur



Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 05/06/2021

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptySam 28 Aoû - 18:22

Bonjour Jean-Jacques,

Je confirme pour la qualité du partage.
C'est la lecture de ce post et la rencontre avec l'artiste qui m'incite à continuer de gribouiller.
D'ailleurs depuis je numérote mes aquarelles pour voir si je progresse laugh laugh
Très impatient de découvrir le nouveau post.

Merci pour le partage et à très bientôt.
Cordialement
Christian
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Nocturne en Lybie   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyDim 12 Sep - 10:27

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 5813_810

Bonjour à tous,

Le cinquante-neuvième dessin que je propose est daté du 23 septembre 2017 (dessin n° 5813 – 813ème tableau), défi que je me suis imposé dans le but de réaliser une patrouille de Hurricane FAFL, Groupe de Chasse 1 « Alsace », en route pour une mission de nuit en 1942.

« Nocturne en Lybie : »

- La mise en scène:
Selon les critères que je me suis fixés, soit une représentation par nuit de pleine lune, je voulais que les peintures diverses des avions soient visibles, tout en étant dans une ambiance de nuit. Afin de donner un peu de décor, j’ai représenté la patrouille en train de franchir la côte…

-Représentation du sujet:
C’est après la lecture du livre « Ciel de sable », de Raoul Duval, que l’envie pressante… de réaliser un tableau m’a prise, tant les images surgissaient en nombre dans mon esprit. Comme je ne voulais pas représenter un combat, j’ai opté pour une mission de nuit, sans fioritures.
D’autre part, le défi était de trouver un bon angle de vue pour le Hurricane (mon avion britannique 2è Guerre Mondiale préféré, avec le Mosquito), avion peu facile tant ses lignes de référence sont quasiment nulles, son manque de dièdre le rendant peu esthétique par rapport à un Spit, dont les lignes élégantes ont certainement contribuées à son engouement parmi les fans d’aviation.

-travail artistique :
Le support choisi était du papier cartonné, plus carton que papier, pour un travail à l’acrylique (toujours la même peinture mate pour les murs intérieurs AVI 3000 et/ou autre marque)… comme d’habitude ! Le format choisi était 35x50 « paysage » permettant d’être à l’aise dans le travail.
La première étape consista à badigeonner la surface en bleu-nuit tout bête car, la nuit, tous les chats sont gris (bleu-nuit ici !) et dès que l’on prend un peu de hauteur, l’eau devient une surface quasi uniforme, sans détails.
J’ai décidé de représenter les Hurricane en patrouille, situation plus cohérente au départ, qu’au retour. Et ça donnait plus de « punch » au niveau visuel. Afin de donner une sensation de hauteur, les avions étant centrés sur le format, j’ai illustré un trait de côte en biais, avec une partie des dérives en superposition. Ce trait de côte avec plage, se trouvait agrémenté par un « ressac » léger, tant la Méditerranée est une grande flaque d’eau (je suis à une centaine de kilomètres de l’océan, plus viril).
J’ai ensuite choisi la source de lumière, en haut, pour ne pas désorienter le spectateur. Le contre-jour (contre-nuit plutôt !) devait permettre de jouer sur les ombres et reflets, but que je m’étais fixé.

Là a commencé le travail car celui-ci promettait de n’être pas facile. En effet, l’ambiance générale devait être terne mais pas trop, lumineuse aussi, mais pas trop. Il m’a donc fallu trouver un « point milieu pour des différentes teintes. Un premier essai a fait « flop » tant j’avais exagéré les contrastes et trop marqué les teintes de camouflage. Le second essai a également fait « flop » car j’avais trop terni les couleurs. L’avantage était d’avoir pu déterminer ainsi le juste milieu.
Le troisième essai a donc été le bon, n’étant plus « freiné par une sensation de loupé », comme précédemment. J’ai donc mené le travail à terme, avec plus de lenteur que d’habitude, afin de m’habituer au visuel et adapter les couleurs au fur et à mesure de l’avancement du travail.
J’ai finalement ajouté quelques filets de condensation aux saumons d’ailes du second Hurricane, pour donner une impression de mouvement.

-Mes remarques au sujet de ce travail, sont les suivantes :
- J’ai été décontenancé par la représentation de la scène, au fur et à mesure du travail, tant cela sortait de l’ordinaire. J’ai vraiment « pédalé » pour trouver les bons éclairages, travaillé avec prudence sur les reflets de l’aile sur le fuselage tant l’excès ou le manque pouvaient tout fiche par terre. Travailler la transparence de la cabine n’a pas été facile non plus et je me suis fait plaisir en ajoutant les flammes d’échappement, toutefois discrètes.
- Au final, je trouve l’ensemble assez réussi tout en éprouvant une sensation d’échec. Mon côté gémeaux, probablement.

En conclusion, je suis satisfait du résultat quant au défi que je me suis imposé au départ : il m’a bien fait travailler ! Malgré tout, j’ai l’impression que j’aurais pu mieux faire tant j’ai déjà réalisé d’autres scènes de nuit qui m’ont données plus de satisfaction visuelles mais plus simples à réaliser. J’en présenterai probablement dans un post futur consacré à « mes tableaux préférés ». Mais je n’ai pas dit mon dernier mot sur une représentation de scène nocturne.

JJ
Revenir en haut Aller en bas
Limadefois
Peintre
Limadefois


Nombre de messages : 713
Age : 67
Localisation : Saint Raphaël
Date d'inscription : 04/03/2012

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyDim 12 Sep - 11:39

Bonjour

Woah quelle belle réalisation !! Et l'effet du clair de lune sur les taxis est si vrai..... C'st sur que vous avez du "trimer" pour ce beau résultat

Heu juste une remarque sur votre phrase "la Méditerranée est une grande flaque d’eau (je suis à une centaine de kilomètres de l’océan, plus viril)."......
Je suis à 4.8km de la Méditerranée.....qui n'est pas une si "grande flaque d'eau" que cela...... Quand elle s'énerve et qu'elle tape, elle n'a rien à envier aux "autres grandes mares" du globe terrestre......
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyDim 12 Sep - 11:48

Occasion C'était pour rire, mon épouse est de Salon de Provence et nous nous sommes gentiment chamaillé des années sur le sujet (il fallait bien trouver quelque chose) mais aujourd'hui, au bout de 50 ans de mariage, elle préfère l'océan plutôt que la mer, le premier permet un massage corporel sans égal, selon elle! Pourtant, elle va régulièrement en Provence et se baigne à chaque fois dans la Grande... Bleue!

Je sais qu'il y a eu des tempêtes dévastatrices dans le temps, depuis l''antiquité. Mais promis, je ne plaisanterai plus sur le sujet! violent
JJ
Revenir en haut Aller en bas
Limadefois
Peintre
Limadefois


Nombre de messages : 713
Age : 67
Localisation : Saint Raphaël
Date d'inscription : 04/03/2012

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyMer 15 Sep - 11:12

Ha ha...et PAF !!.....une Salonnaise !!!! Sujet récurant que la MER et l'OCEAN....
Avec ma femme c'est l'accent : JAUNE ("jeaune" dans le Midi ) et JAUNE ( Jône à Paris !!! ) On s'en amuse même....

C'est que le Hurricane est parfois un peu trop oublié p/p au Spitfire. C'est l'un des artisans de la B.o.B.
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyMer 15 Sep - 12:07

Oui, le Hurricane oublié... Dans le temps, j'avais effectué quelques recherches pour répondre, sur un forum, à un "fin connaisseur" de la Bataille d'Angleterre qui affirmait qu'il y avait plus de Spitfire que de Hurricane lors de la BoB: 2/3 des squadrons volaient sur Hurricane. Sans oublier, bien sûr, les Hurricane stationnés en France pendant la "Bataille de France" et qui n'étaient pas venus pour rien... vu le nombre de victoires.

Même les Britanniques ont tendance à oublier cet avion... Je suis d'ailleurs en train de peindre un Hurricane soviétique "blanc comme neige" au-dessus des steppes. Avec cette canicule sweatdrop , ça rafraîchit l'atmosphère.  santa
La doc, il n'y a que ça de vrai!study
JJ
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyJeu 16 Sep - 10:52

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 60_59610

Bonjour à tous,

Le soixantième dessin que je propose est daté du 17 avril 2019 (dessin n° 5961 – 817ème tableau), né d’une frustration concernant une couverture d’ouvrage que l’on m’a imposée et pour laquelle j’avais une autre idée. C’est cette idée que je présente aujourd’hui.

« Israël, me voilà ! : »

- La mise en scène:
De ce que l’on m’avait imposé, je n’ai gardé que l’aéroport du Bourget… non loin duquel j’habitais dans les années 50. L’avion que j’avais choisi était le Boeing 737 que j’aimais bien et qui était utilisé par la compagnie que je devais représenter. Toutefois, comme ce travail était tout à fait personnel, j’ai choisi la compagnie El Al avec laquelle je m’étais rendu en Israël en 1984, à l’invitation de l’armée de l’Air de ce pays. Je suis un sentimental.

-Représentation du sujet:
N’étant pas à l’aise avec la représentation des paysages, j’ai botté en touche en représentant le paysage de très haut, favorisant la suggestion plus que le détail. Le trajet suivi filant vers le Sud, j’ai positionné l’avion dans ce sens et mis le soleil « au matin » : ça me permettait de réaliser un contre-jour qui mettait les formes de l’avion en valeur. Il m’a fallu chercher dans ma documentation une bonne photo d’époque afin d’être cohérent avec la date.

-travail artistique :
Le support choisi était du papier 180g, pour un travail à l’acrylique (toujours la même peinture mate pour les murs intérieurs AVI 3000 et/ou autre marque)… car je commence à être bien à l’aise avec cette peinture ! Le format choisi était A3 « portrait » me permettant de représenter la scène de manière lisible et surtout, de scanner le tableau en deux fois.

Mon problème quasiment unique concernait la représentation de la ville : détails, pas détails ? Suggestion des constructions et habitations ? En utilisant une fiche d’aérodrome sensiblement d’époque, j’ai tout d’abord dessiné celui-ci et ses installations, avec la bonne orientation par rapport au cadre du tableau. J’ai ensuite déterminé les contours de la ville par rapport à l’échelle du terrain, selon l’étalement de l’époque.
Ceci fait, il m’a fallu choisir une teinte « passe-partout » pour représenter l’ensemble de l’agglomération : gris moyen, teinté de beige, soit « caca-d’oie », comme on dit ! Quelques essais ont été nécessaires pour ajuster la couleur puis, globalement satisfait du résultat, j’ai laissé sécher pour reprendre plus tard, le délai devant permettre de déterminer les retouches de teinte, au besoin.

À la reprise, j’ai trouvé que la teinte de représentation de l’agglomération était trop terme (vu avec du recul) et j’ai repeint en éclaircissant légèrement. Après séchage encore, je me suis basé sur la longueur de piste pour déterminer l’importance des maisons et bâtiments, car il fallait bien représenter quelques détails. Les quelques photos dont je disposais m’ont permis, avec l’aide d’un plan notamment, de rester globalement conforme à la réalité tout en prenant quelques libertés.
J’ai laissé reposer ensuite, comme en cuisine et, au retour, je n’ai fait que quelques retouches concernant uniquement des couleurs à éclaircir ou foncer, quant aux constructions. J’ai aussi rajouté une zone de brume matinale sur la partie nord du terrain, boisée, pour équilibrer avec l’aspect de la ville, au sud. Au terme de ce travail, j’ai « mis sur pause », en prévoyant de reprendre le lendemain, car il n’y avait pas d’urgence.

Le lendemain, le tableau me convenait toujours dans l’ensemble et, après avoir choisi en amont de ce travail, l’angle de représentation de l’avion, j’ai « calé » la mise en place du Boeing 737, ainsi que sa grandeur. Globalement, j’ai choisi une grosseur d’environ 1/3 de la surface du dessin : cela permettait de donner une impression de hauteur, tout en permettant certains détails sur le Boeing. Excepté que je peignais cet avion pour la première fois, le reste m’était du domaine connu! Toutefois, si les formes et volumes du 737 étaient relativement simples à représenter, la seule difficulté résidait dans le choix de la teinte des ombres afin que le contraste entre ombre et lumière ne soit pas trop fort. J’ai essayé plusieurs contrastes avant de trouver le « bon ».

-Mes remarques au sujet de ce travail, sont les suivantes :
- L’ambiance générale du tableau me convenait, mais avec un bémol que je n’ai pas trop pu identifier. Certainement dû à la couleur de la bande de fuselage, bleu-moyen à l’avant et bleu foncé à l’arrière : dans l’ombre, je n’ai pas pu vraiment marquer les différences de teintes comme j’aurai pu le faire en pleine lumière. Je me suis pris les pieds dans le tapis, donc !

- Objectivement, j’aurai dû opter pour une source de lumière à gauche (côté droit de l’avion) plutôt qu’à droite, mais un tableau précédent du même genre, avec un C-5 Galaxy, ne rendait pas terriblement bien avec ce choix : masse majoritairement trop claire.
Ensuite, la représentation de la ville peut être critiquable, mais c’était mon choix, d’autant que lorsque plus on monte en altitude, plus les détails s’estompent, tout comme les couleurs, d’ailleurs.

En conclusion, je suis globalement satisfait du travail même si je pense aborder le prochain sujet du même genre de manière différente. La frustration ressentie, qui a débouchée sur cette peinture, a probablement influencée le tableau d’un manière ou d’une autre au regard de la rapidité de la réalisation (48 heures). Tout est discutable, critiquable et, finalement, ne pas être satisfait permet de s’améliorer.

JJ
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptySam 18 Sep - 12:13

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 61_59713

Bonjour à tous,

Le soixante et unième dessin que je propose est daté du 1er juin 2019 (dessin n° 5973 – 818ème tableau), en réaction contre cette fichue canicule que j’ai du mal à supporter. Il me fallait de la neige quelque part !

« Brrrrr… décollage hivernal : »

- La mise en scène:
À l’époque de la réalisation du tableau, je travaillais sur un bouquin consacré aux Republic F-84E/F/G & RF-84F que je projetais depuis de longues années. Le Thunderjet étant mon F-84 préféré, j’avais depuis longtemps sélectionné une vue 3/4 arrière pour en faire un tableau. Toutefois, comme je voulais de la neige, je l’ai situé au sol, au décollage, pour la dynamique. En effet, j’avais déjà peint un F-84G dans le genre, mais l’avion était au parking (en alvéole). Intéressant, mais peu dynamique…

-Représentation du sujet:
Mon modèle montrait un Thunderjet vu à hauteur d’homme plutôt qu’en plongée ou contre-plongée, au roulage. Joli, mais banal. Je voulais le représenter la pleine vitesse au décollage, offrant une belle dynamique. Du moins je le pensais car je me suis vite retrouvé face à quelques problèmes visuels…

-travail artistique :
Le support choisi était du papier-carton, format A5 « cinémascope », que je n’avais jamais utilisé jusque là. La peinture était toujours la même peinture mate pour les murs intérieurs AVI 3000 et/ou autre marque)… car je commence à être bien à l’aise avec celle-ci ! Et les pots (2 litres en moyenne) duraient longtemps.

L’essentiel de mon travail allait se concentrer sur la neige, que j’ai toujours eu du mal à représenter : une vrai défi, à renouveler sans cesse tant que la méthode ne serait pas maîtrisée.

L’action vue à hauteur d’homme me permettait de faire appel à mes souvenirs lorsque j’assistais aux décollages des avions, me trouvant en bord de piste, lors des inspections de piste. Le seul bémol, de taille, se situait au niveau de la tuyère : pas de post-combustion qui montrait la puissance. J’ai donc opté pour une « piste mouillée », ce qui me permettait de faire des effets de giclements avec la neige fondue. On se débrouille comme on peut !
Pour mettre l’avion en valeur en dépit de son aspect uniforme, j’ai choisi une météo mi-figue mi-raisin : nuages moyennement sombres. Dès le début, je savais que le visuel se situerait au niveau de la couleur des bidons. Il me fallait trouver un escadron dont la décoration des bidons allait « pêter ». Je penchais pour le jaune, que j’aime bien, mais pour un tableau pareil, ça n’était pas assez « voyant ». J’ai donc « coupé la poire en deux » et choisi les bidons de l’EC 1/9 Limousin : jaune et rouge.

-Mes remarques au sujet de ce travail, sont les suivantes :
- Pour accentuer l’effet de vitesse/puissance manquant à cette génération d’avions, j’ai triché en appliquant une sortie de tuyère style « lampe à souder »… ainsi que l’on appelait les avions à réaction à l’époque, en opposition aux avions à hélice, encore nombreux en ces temps-là. La « tricherie » de la sortie de tuyère avec les giclements de l’eau sous les roues donnaient un bon rendu de vitesse, à mon goût. C’est à ce niveau que j’ai beaucoup tâtonné, entre « la discrétion » et « l’excès ».
N’étant pas alors satisfait de l’énergie rendue, j’ai décidé d’équiper le F-84G de deux bidons pendulaires pour accentuer cet effet. Cette configuration était très rarement employée en France, l’avion ayant suffisamment de pétrole pour les missions standard demandées. L’avantage, pour moi, était de l’amener près du sol, ce qui aidait à travailler l’effet de vitesse. Un peu comme une voiture « formule 1 », comme j’en avais peintes dans le passé.
- Au final, les « options » choisies donnaient bonne allure à l’ensemble, se conformant autant que faire se peut à ce que j’avais en tête. Toutefois, j’aurais pu ajouter quelques arbres en arrière plan, pour meubler mais j’ai abandonné l’idée. Mon souvenir de neige, à l’époque, me donne une sensation de silence et de solitude que j’ai instinctivement représentés ici. Discutable donc.
- Je me suis rendu compte, bien après, que j’avais omis de représenter les balises (une tous les 60 mètres, si je me souviens bien) et autres panneaux de distance (un tous les 300 mètres, je crois), mais la vitesse de l’avion et la neige excusent cet oubli… que je réparerai probablement un jour avant de faire encadrer le tableau avant l’été prochain, pour avoir un peu de fraîcheur sur les murs !

En conclusion, si, encore une fois la représentation de la neige ne me satisfaisait pas totalement, le travail n’était pas à jeter ! Il me faut travailler à ce niveau mais les idées ne manquent pas… et je suis en train de le faire, d’ailleurs !

JJ
Revenir en haut Aller en bas
dilou27
Maître
dilou27


Nombre de messages : 2113
Age : 52
Localisation : Allier / Montluçon
Date d'inscription : 21/01/2010

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptySam 18 Sep - 22:18

J'aime bien ce dernier tableau.

D'abord parce que je suis friand de ces vues "3/4 arrière". Ce sont les plus immersives, à mes yeux, pour le spectateur.

Mais aussi parce que je suis tout aussi friand de ces tableaux presque monochromes, que viennent "réveiller" quelques touches de couleurs (très) vives !
Et ici, avec les bidons, en termes de contraste on est servi ! wink

Je n'ai pas fait un classement précis des tableaux que tu nous as présentés jusque là, mais je dirais que celui-ci est dans mon "top 5" .

Par contre, je note (sauf erreur) que l'aérographe a disparu sur ces deux derniers ... Serait-ce le retour de la technique "des 3 pinceaux" ? Ou celle-ci était-elle réservée à l'aquarelle ? (je ne me souviens plus et j'avoue avoir la flemme de re-parcourir tout le fil pour retrouver la réponse violent )

Gilles.
Revenir en haut Aller en bas
http://dilou-dessins.blogspot.fr/
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyDim 19 Sep - 0:15

Dilou,

Tu as bien vu pour l'aéro! Je voulais en parler depuis un moment... mais j'oublie à chaque fois. Peut-être le prochain car là, il m'aurait un peu aidé.

En fait, j'ai eu un problème de compresseur il y a un deux-trois ans et, comme je devais rendre une copie sans attendre, je suis revenu au travail "à l'ancienne": tout pinceau. Peut-être aussi était-ce l'intervention du destin, car je me demandais depuis un moment si je savais toujours peindre avec des pinceaux.
Je me suis jeté à l'eau et ça m'a rassuré! Depuis, je me rends compte que je travaille toujours aussi vite, ce qui est précieux lorsqu'on a une idée (une vision, plus tôt) en tête, avant qu'elle ne disparaisse. D'ailleurs, aujourd'hui, je reprends des tableaux restés en rade, pour certains, il y a TRÈS longtemps, l'idée (ou l'envie) ayant fichu le camp au bout de quelques jours.

Il m'en reste un ou deux pour le post "progression" puis je passerai à "mes tableaux préférés" et je pense qu'il y en aura pour tous les goûts, dont du "monochrome" ou apparenté.
Je pense que nous avons tous des tableaux qui nous émeuvent longtemps après les avoir réalisés, d'autres moins, voire beaucoup moins. Personnellement, j'en ai quelques uns qui me sortent par les trous de nez, mais c'étaient des commandes pour la plupart, et d'autres que j'ai complètement loupés. Comme je le rappelle fréquemment, je suis autodidacte et j'ai eu beaucoup de déchets dans mes réalisations, par manque de technique. On apprend dans la douleur, pas quand tout va bien.

Et pour l'aérographe, je ne m'en sers aujourd'hui que pour les profils: là, il est indispensable bien que je sache faire aussi au pinceau puisque j'ai débuté les profils au pinceau.

Vive les "trois pinceaux"! Cheers
JJ
Revenir en haut Aller en bas
Limadefois
Peintre
Limadefois


Nombre de messages : 713
Age : 67
Localisation : Saint Raphaël
Date d'inscription : 04/03/2012

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyDim 19 Sep - 11:14

Bonjour

Je rejoins l'avis de DILOU pour les effets "presque monochromes"...
J'aime bien aussi les points de vue qui sortent de l'ordinaire : vues arrières - haut ou bas - gros plans.....
Le B.737 n'est pas mal non plus.......

En ce qui concerne les "pinceaux" : j'ai une nette préférence à......me les remuer en 3D !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyDim 19 Sep - 18:44

Bonjour LL,

Merci pour les avis... et, en ce qui concerne la 3D, novice et démuni, j'utilise un vieux logiciel (1995) de retouche photo pour ne travailler que sur les profils.
Je réalise tout d'abord un profil d'avion "nu", tel que sorti d'usine, peint à la main puis terminé à l'aérographe. J'ai une fois ou deux tenté la même chose sur des tableaux, mais ça m'a plutôt retardé.

Ensuite, je crée les charges extérieures, toujours à la main, puis les cocardes, codes, insignes (parfois travaillés en ombre et lumière lorsqu'indispensable à l'ensemble) etc. que je colle telles des decalques sur le profil, selon l'identité voulue. Cela permet d'être plus à l'aise avec les ombres et lumières, tant sur la machine que sur les charges extérieures, donnant une cohérence à l'ensemble.

La seule fois où je me suis servi à 100% de ce logiciel pour travailler concerne une petite série de porte-avions (Bois Belleau, La Fayette, Dixmude & Arromanches) tout simplement parce que j'estimais devoir passer autant de temps au travail manuel qu'informatique. Ce dernier permettait les copiers-collers d'équipements standards que j'aurai eu du mal à respecter manuellement à échelle constante, au regard de la grandeur du profil (40 centimètres environ).
Je poste le La Fayette ci-dessous à titre d'exemple. Pour les avions, beaucoup d'entre vous connaissent déjà...

Pour une première, ça a bien marché, ce qui m'a étonné car je pensais ramer. Mais le fait de peindre habituellement à la main finit par amener une méthode qui devient inconsciente et permet de travailler de manière ordonnée.

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Ardhan10

Au final, comme j'ai l'habitude de travailler vite, j'écarte tout ce qui me retarde, d'autant que la quantité de profils, plans, tableaux que j'ai réalisés me donne un savoir-faire et une expérience qui me sont d'un grand secours.

Le travail artistique, selon mon avis, est quelque chose de personnel et chacun élabore sa méthode selon ses aptitudes et son matériel, avant tout pour se faire plaisir. Si cela plait à d'autres personnes, c'est la cerise sur le gâteau!
Ça n'est pas le créateur qui décide s'il a du talent ou pas, ce sont les autres, mais cela reste tout de même subjectif. Le danger est de prendre la grosse tête.
Grand débat que tout cela, au final...

JJ clown
Revenir en haut Aller en bas
Limadefois
Peintre
Limadefois


Nombre de messages : 713
Age : 67
Localisation : Saint Raphaël
Date d'inscription : 04/03/2012

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyLun 20 Sep - 11:00

Bonjour

Heu......je crois que l'on s'est mélanger les "pinceaux" et le 3D.......mais quand je parle de remuer les "pinceaux en 3D".....je parlais VOLTIGE !!!!

Intéressant la procédure profil....

"Le travail artistique, selon mon avis, est quelque chose de personnel et chacun élabore sa méthode selon ses aptitudes et son matériel, avant tout pour se faire plaisir. Si cela plait à d'autres personnes, c'est la cerise sur le gâteau!
Ça n'est pas le créateur qui décide s'il a du talent ou pas, ce sont les autres, mais cela reste tout de même subjectif. Le danger est de prendre la grosse tête.
...
Oh combien vrai !!!!
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyLun 20 Sep - 12:58

Bonjour LL,

Du problème de communication entre humains!

Si je ne suis pas pilote, mais contrôleur de trafic aérien, je n'en ai pas moins goûté à la voltige notamment lors de trois vols avec la Patrouille de France (2 sur Fouga, 1 sur Alphajet) ainsi qu'avec un ancien champion de France, sur Pitts et une vice championne de France de voltige, sur CAP 10. Intéressant et pleins d'enseignements pour moi. Sans parler des combats aériens, mais là, c'est autre chose...
J'aurais bien aimé faire de la 3D (une seule très brève expérience) mais j'avoue que le manque du visuel 360° du paysage me perturbe.
Je dois être trop vieux pour ça... violon

Merci d'apprécier le commentaire final car j'ai vu les dégâts de la "grosse tête", notamment avec un de mes proches. Jusqu'à présent, j'ai lutté contre ça quitte à perdre quelques unes de mes connaissances qui voulaient "bénéficier des avantages de la notoriété".
Ils n'avaient pas compris que tout cela est futilité et que bien d'autres personnes sont méritantes, notamment ceux qui s'investissent envers leurs semblables.

JJ clown
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyVen 24 Sep - 10:40

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 62_60810

Bonjour à tous,

Le soixante deuxième dessin que je propose est daté du 17 juillet 2021 (dessin 6087, tableau n° 824) représentant un P2V-5 Neptune de la RAAF (11 sqd), matricule A89-301 survolant un sous-marin soviétique Classe F. À nouveau, la canicule et son manque d’eau ont probablement dû influencer inconsciemment ce travail !

« Que d’eau… Pacifique : »

- La mise en scène:
À l’heure où la France et l’Australie ont un différent politico-commercial de défense, je trouve judicieux de proposer ce tableau, réalisé bien avant le « clash ».
Il est bon de rappeler que l’Océan Pacifique est depuis longtemps un terrain de jeu relativement disputé par plusieurs puissances navales mondiales : la Grande Bretagne d’abord, la France ensuite auxquelles se sont « jointes » les Ėtats-Unis depuis la deuxième Guerre Mondiale. En face, ne se trouvait initialement que la flotte soviétique à laquelle s’est ajoutée le Japon jusqu’à sa capitulation puis, depuis quelques années, celle de la Chine « rouge » (République Populaire de Chine).
Il va sans dire que les tentatives de domination sont musclées depuis la chute de l’URSS, bien que les médias ne mentionnent pas tout.

Depuis quelques décennies, le Congrès américain a imposé des restrictions budgétaires qui ont dégraissées les armées, dont la 7ème Flotte américaine (affectée à cette région maritime). Les USA tentent de reprendre la main par le commerce « de la défense » centré sur la couronne insulaire du Sud-Est Pacifique qui s’étend jusque l’Australie. La Grande-Bretagne étant navalement quasi inexistante depuis plusieurs décennies, la France, avec un seul porte-avions, n’a que sa flotte de sous-marins pour maintenir une présence militaire navale dans la région et peut difficilement peser en dépit de sa capacité de dissuasion nucléaire, néanmoins non négligeable.

J’ai réalisé ce tableau, situé dans les années 60, comme le témoin d’un temps révolu…

-Représentation du sujet:
C’est tout d’abord la photo de ce Neptune qui a déclenché un besoin irrésistible de le représenter en situation. Voulant le situer en action, j’avais initialement prévu de la mettre en patrouille avec un Lancaster blanc de notre Marine Nationale. En effet, nous avons utilisé cet appareil, stationné en Nouvelle Calédonie jusqu’au milieu des années 60. Le dernier Lancaster, en état de vol, avait rejoint la Grande Bretagne via l’Australie, au milieu des années 60.
Tout compte fait, j’ai finalement opté pour une situation plus opérationnelle, puisque le Neptune n’est pas un avion de tourisme.
J’ai décidé de le représenter en recherche de sous-marin soviétique, puisque c’est son boulot. Pour la cohérence de l’action, je me suis dit que se serait bien que le sous-marin navigue en surface, surpris lors dans le gros temps, se pensant en sécurité. Le choix du « Classe F » a été fait en raison de sa modernité à l’époque (années fin 1950 début -1960). La décoration est inventée… mais pourquoi pas !

-travail artistique :
Pour moi, la difficulté si situait au niveau de la représentation de l’océan, sujet sur lequel je trébuche souvent. Je voulais travailler cette particularité car j’ai pas mal de projets incluant l’océan. J’ai un peu botté en touche en incluant des nuages masquant une partie de l’eau… ce qui était relativement cohérent avec la météo.
Je me suis mis d’abord au travail sur la surface maritime, voulant commencer par le plus difficile pour moi. J’avais choisi la route suivie par le Classe F, une diagonale du tableau. Il me fallait représenter les vagues perpendiculaires à sa route, car il me semble que c’est ainsi que l’on navigue par gros temps. De toutes façons, il est trop tard pour changer : le tableau est fini !
Si ne me souviens bien, j’ai recommencé le travail trois fois : la première car j’avais mal choisi la couleur de l’eau, trop foncée… et la troisième fois, j’ai dû casser une ou deux barres de vagues, car je renouvelais l’erreur commise avec les F-4 Phantom, vu précédemment.
Après, je me suis emmêlé les pinceaux avec les nuages, mal disposés. Heureusement que la peinture acrylique peut être nettoyée encore fraîche, sans attaquer la couche du dessous ! Après quelques tâtonnements quant à la couleur des nuages (pas trop clairs… ni trop foncés), j’ai déclaré être satisfait pour ne pas passer la journée dessus. Par ailleurs, j’avais laissé un espace au milieu pour caser le P2V-5 : il fallait bien qu’il voie le sous-marin !
J’avais prévu de ne passer qu’une journée sur le décor, et que celui-ci devait être « regardable » en l’état, une fois terminé. En effet, si le décor n’est pas satisfaisant, il est difficile, pour moi, d’ajouter le sujet principal : je ne serais vraiment pas à l’aise… D’ailleurs, à ce sujet, une petite anecdote.

Il y a quelques années, une connaissance m’avait commandée un tableau pour une promotion de l’école des Pupilles de l’Air de Grenoble : je devais le réaliser en un W-E, la connaissance en question devait le prendre le dimanche soir pour l’amener sur Grenoble.
J’ai donc commencé le tableau le samedi matin, concentré sur le décor. Je me suis servi d’un plan routier à bonne échelle (je suis bien outillé à ce niveau !). J’avais aussi un dépliant concernant l’école pour me permettre de situer les bâtiment correctement.
Alors que le travail était bien avancé en milieu de journée, j’ai commencé à ressentir un malaise : quelque chose n’allait pas ! Mais j’ai continué, me convainquant que je me faisais des idées. En milieu d’après-midi, le doute était toujours là et en fin d’après-midi, c’était devenu une obsession ! Vers 18h30, j’ai décidé d’arrêter là et de tout effacer ! J’ai tout badigeonné à l’alcool à brûler (efficace pour dissoudre l’acrylique ! Ça donnait un caca d’oie du plus bel effet… et c’est à ce moment-là que la sonnette de la porte d’entrée a retenti : c’était la connaissance en question qui venait voir où en était le travail ! J’étais coincé, je ne pouvais pas raconter d’histoire à dormir debout. Je lui ai donc dit la vérité en le conduisant à l’atelier : il est devenu pâle et je pense qu’il songeait à m’exterminer.
Je l’ai rassuré en lui montrant ma lampe 500 watts : j’étais équipé pour travailler de nuit, ce qui m’arrivais de temps à autre. Je lui ai garanti qu’il aurait son tableau, comme prévu, le dimanche soir… et que s’il n’était pas venu, il n’aurait jamais rien su !
Comme il me connaissait un peu, il est reparti la tête basse, mais je pense qu’il a dû mal dormir !
Je dois préciser que je travaille avec des mélanges préparés d’avance pour parer à toute surprise et garder une certaine cohérence dans les camouflages (pour les profils surtout). Compte tenu de la lampe 500W donnant une lumière blanche et des mélanges préparés, je n’avais pas de souci particulier.
En effet, depuis très longtemps, je me chronométrais régulièrement pour connaître le temps que je mettais sur un tableau car, dans l’armée de l’Air, beaucoup de chose se faisaient à l’époque pour
… avant-hier ! Et j’avais besoin de donner des certitudes à ceux qui commandaient des tableaux pour les cadeaux de départ. Donc, j’ai passé toute la nuit à peindre ce tableau sans trop de problème car j’avais, depuis, identifié le malaise : paysage mal foutu.
J’ai terminé par les avions, un Rafale accompagné par deux Jaguar comme souhaité par le commanditaire. En milieu d’après-midi du dimanche, le travail était terminé et ma connaissance est venue chercher le tableau : Il a été agréablement surpris par l’ensemble et, complètement rassuré, il m’a confié qu’il n’y avait pas cru et avait préparé un « plan B ». Du coup, il m’a refait d’autres commandes, dont une se trouve sur la base d’Hinschu où volent les Mirage 2000 taiwanais. Elle y est arrivée, juste à temps pour le pot, par un Mystère 20 d’une messagerie bien connue, via le pôle nord ! Comme vous pouvez le constater, je me souviens, longtemps après, de ce 13 décembre 2003 (678e tableau)… Et je n’ai pas eu le temps de la prendre en photo, ayant la tête ailleurs.

Pour en revenir au Neptune, la représentation de l’océan et des nuages me convenait, même si je me doutais que j’avais encore besoin de travailler à ce niveau.
Le lendemain, je me suis attelé au Neptune qui m’a donné, lui, quelque souci quant au choix de la teinte bleu-marine. Faire trop bleu-marine allait donner l’impression d’un gros pâté noir au milieu du dessin et pas assez ne serait pas conforme à la réalité. Mais bon, en un essai, la teinte a été trouvée et j’ai pu mener le tableau à terme.

-Mes remarques au sujet de ce travail, sont les suivantes :
- le rendu de l’océan est meilleur que d’habitude, mais pas encore au point. À ma décharge, j’ai rarement vu de peintures représentant l’eau en contre-plongée : cela doit poser problème aux peintres en général, étant bien sûr plus facile de représenter des surfaces maritimes vues à hauteur d’homme !
- Les nuages souffrent aussi d’amateurisme et auraient gagnés à être mieux travaillés, surtout que rien ne pressait.
- Le P2V-5 me va bien et j’ai prévu de le refaire, mais dans d’autres situations, pour varier.

En conclusion, si le sujet est assez original pour moi, je le trouve toujours agréable à regarder, mais je sais que je dois travailler les domaines notés ci-dessus. Sacré océan (ou mer, pour les méditerranéens !)

JJ
Revenir en haut Aller en bas
Limadefois
Peintre
Limadefois


Nombre de messages : 713
Age : 67
Localisation : Saint Raphaël
Date d'inscription : 04/03/2012

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyVen 24 Sep - 19:18

Bonjour......

Vous auriez du attendre le mois d'Octobre prochain.......pour que l'on puisse le poursuivre !!!!!
Le rendu de la mer est super. sacrées vagues aussi.....
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyVen 24 Sep - 20:18

Bonjour LL,

Effectivement pour la poursuite... et,pour la mer, j'ai capté quelques séquences du "Crabe-Tambour" entre autres, pour y piocher des images et idées... Ça fait froid dans le dos et content de ne pas avoir été marin!

JJ
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques petit
Dessinateur
jean-jacques petit


Nombre de messages : 229
Age : 72
Localisation : Landes
Date d'inscription : 19/08/2008

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptySam 2 Oct - 19:18

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 63_60810

Bonjour à tous,

Ce poste est le (temporairement) dernier de la série. En effet, j’ai posté jusqu’à présent les tableaux que j’estimai intéressants, dans le thème autant que dans le travail. Si, d’aventure, un autre travail mérite une « explication de texte », je ne manquerai pas de le poster.


Le soixante troisième dessin que je propose est daté du 3 août 2021 (dessin 6089, tableau n° 828) représentant un Dewoitine D.520 lors de la Bataille de France, le meilleur chasseur français du moment ! Ce fut une commande d’un inconditionnel du D.520.

« Le meilleur ! : »

- La mise en scène:
La Bataille de France est un sujet « chaud » tant les Français sont chauvins. Mais il est une chose certaine : on ne peut pas changer le passé, ni l’Histoire… bien que dans de nombreux domaines, certains s’y essaient.

J’ai réalisé ce tableau selon des instructions bien précises qui ne m’ont quasiment pas laissées de marge de manœuvre… L’avion, le Dewoitine D.520 (le meilleur chasseur de la Bataille de France selon un consensus officiel) !) était celui de L’AC Denis Ponteins, pilote au GC 2/7, SPA 73 immatriculé « 3 » dans l’escadrille.
Le destinataire m’avait fourni une sortie imprimante de Dewoitine extraite d’un film 3D, selon l’angle voulu, afin que la gueule de requin soit bien visible (le seul avion français en ayant porté une à cette époque, à ma connaissance). Le numéro escadrille devait aussi être visible, tout comme le numéro constructeur. Le décor basse altitude était également souhaité.

A ce niveau-là, j’étais coincé car, depuis quelques temps, j’avais sélectionné d’autres idées de représentation de D.520. Pour en avoir peints quelques uns déjà, je savais que l’avion, tout en courbes ou presque, n’avait que peu de lignes de références pour donner une certaine énergie. Si ça n’était pas l’avion qui allait produire de l’énergie, ce devait être le décor ! En cela, la basse altitude était une excellente suggestion !

-Représentation du sujet:
Donc, fort de l’exemple qui m’avait été fourni, 3/4 avant quasi à niveau, ne restait visible que le fuselage à représenter. Les ailes et le plan fixe horizontal n’étaient pratiquement que des lignes…
Le travail consistait à prolonger les fuyantes que donnait le fuselage. Ce dernier possédait une ligne de référence partant de l’échappement et qui courait jusqu’au plan fixe horizontal. Cette fuyante me donna le point de départ celles qui allaient déterminer la position du décor. Pour fixer les références visuelles, j’ai opté pour deux choses : une rivière et une route.
J’ai positionné la rivière au loin, ce qui donnait une ligne claire signifiant l’eau et des arbres bordant celle-ci, ces derniers appuyant la ligne de référence (la fuyante). La route, placée sous le Dewoitine, donnait de la cohérence à l’ensemble, tant une navigation aérienne est facilitée par les routes et les chemins de fer. Et, pour rester dans le « modernisme-progrès », j’ai placé un char d’assaut français sur la route, pour marquer également leur nombre insuffisant.
Et pour compléter la représentation « en action », au-dessus du D.520, j’ai placé un « collègue », au loin… Je sais que les patrouilles françaises, à cette époque, étaient formées de trois avions alors que les Allemands et Britanniques se composaient de deux avions.

-travail artistique :
La représentation de la scène devait être significative de l’époque, l’avion de Ponteins étant livré fin mai et abattu une semaine plus tard, début juin. Période ensoleillée « au menu », donc.
Au loin, j’ai représenté le ciel bleu avec quelques nuages, des collines pour meubler l’horizon, la rivière, des champs pour représenter la France agricole de l’époque, la route. Dans les champs, des haies comme il y en avait à l’époque pour couper le vent et permettre une « stabilité » des cultures et servir d’habitat aux nombreux oiseaux, complétait ce tableau campagnard. Les haies permettaient également « d’appuyer » les fuyantes et donner de l’énergie à la situation aérienne.
J’ai choisi de représenter la scène en milieu de journée, soleil haut : le ciel se devait d’être très clair donc, les collines assez discrètes, les champs bien verts et un peu de poussière soulevée par le char, lancé à bonne vitesse.
Le soleil haut éclaire le Dewoitine en son milieu, avec les ombres générées en accord, tout comme le décor.

-Mes remarques au sujet de ce travail, sont les suivantes :
D’un travail qui ne m’inspirait pas au départ, finalement celui-ci m’a bien plu tant j’ai rarement peint des situation « au ras du sol ». Je suis donc sorti de ma zone de confort habituelle et c’est tant mieux ! En effet, depuis une quarantaine d’années, sinon plus, j’ai en tête une situation aérienne de la Grande Guerre, en très basse altitude. J’ai toujours repoussée la réalisation de celle-ci par manque de technicité : grâce à ce tableau, je vais pouvoir m’y mettre !
Dans ce tableau de Dewoitine, j’ai pu mettre l’avion en valeur en dépit des peu nombreuses lignes de référence, en jouant sur le décor : ici, ce dernier a toute son importance. J’ai représenté une certaine « quiétude » d’un vol à basse altitude que j’ai souvent ressentie, lors de mes vols dans l’armée de l’Air. Les critères demandés, incontournables, ont donc été respectés, ce qui n’était pas évident au départ.

En conclusion, alors que je pensais me trouver dans une impasse et recommencer plusieurs fois le travail, mais celui-ci a bien déroulé si ce n’est le paysage que j’ai recommencé une fois car j’avais mal positionné le décor lointain.
Le résultat a passé le test d’avoir été exposé à mon regard quelques jours : je n’ai pas ressenti le besoin de changer ceci ou cela pendant cette période.
Et le commanditaire a semblé satisfait du travail. Je pense qu’il devait être un peu inquiet du résultat, étant conscient du plan de charge qu’il m’avait imposé. Mais la vision d’un artiste étant très personnelle, c’est presque un « miracle » que cela plaise à d’autres !

JJ
Revenir en haut Aller en bas
patrick15
Maître
patrick15


Nombre de messages : 1140
Age : 68
Localisation : IDF
Date d'inscription : 19/10/2013

ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 EmptyLun 18 Oct - 11:07

bien vu le somua en arrière plan!

_________________
http://graphpictures.fr/index.html
http://graphpictures.blog4ever.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://graphpictures.fr/index.html
Contenu sponsorisé





ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: ANALYSE d'une PROGRESSION   ANALYSE d'une PROGRESSION - Page 7 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
ANALYSE d'une PROGRESSION
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aviation Illustrée :: Nouveautés-
Sauter vers: